Ku dul doox doo xam fu dëkk neexe
Qui ne voyage pas ne saura pas quel endroit est agréable
Fexel nekk linga beug guiss si aduna
Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde
Nit nit moy garabam
L'humain est la médecine de l'humain
VOULEZ-VOUS COLLABORER AVEC NOTRE ORGANISATION?
Aidez-nous avec votre contribution.
Niña sonriendo

HAHATAY, sourires de Gandiol

"Hahatay" sourires de Gandiol est un organisme sans but lucratif qui travaille sur la coopération au développement au Sénégal.
"Hahatay" signifie cris de joie, une chose dont les enfants font constamment malgré les difficultés de la vie quotidienne qui les entourent. Notre équipe veut vous donner l′occasion de se rapprocher de la réalité quotidienne de nombreux peuples africains vivant dans des conditions difficiles et, grâce à nos projets de coopération et de bénévolat, contribuer ensemble pour son développement.
Bouton livres Bouton masques Bouton marcheur
Bouton personne Bouton images Bouton main
NOUVELLES

Un jeune, passionné par la réussite, décide d’aller en Europe à la recherche de « meilleures conditions de vie ».

Au Sénégal plusieurs jeunes ont emprunté la voie illégale pour rallier l’Europe. Ils disent que les conditions de vie en Afrique, en général, sont difficiles voire médiocres. Le travail fait défaut. Ce qui les pousse à vouloir chercher d’autres alternatives au risque de leur vie.

En outre, il y’a aussi l’influence de ceux qui sont déjà en Europe.

Mamadou Diop, un jeune qui a voyagé en pirogue, nous raconte, depuis Espagne, les raisons de son voyage et les difficultés rencontrées au cours de celui-ci.



« Un dangereux et long voyage parsemé de risques. Avant qu’on ne quitte Sénégal, on est passé par plusieurs endroits. On a passé des nuits dans la brousse, dormir au milieu de nulle part. La première fois où on a pris une pirogue c’était à Djiffir (localité au Sénégal) et on a passé la nuit dans une île. Le lendemain vers 19 heures, arrive la grande pirogue qui doit nous amener à l’autre côté du monde. On tournait autour de 350 à 400 personnes. Chacun voulait saisir sa chance en se précipitant pour monter à bord. On savait bien qu’avec ce nombre on allait tous périr en mer. Alors les dirigeants ont décidé de diminuer le nombre jusqu’à ce qu’on se retrouve à exactement 104 personnes. Et en ce moment, on a pris le « chemin de la mort », « Barça ou Barsakh ».

Au beau milieu de la mer, après 7jours de navigation, on avait plus d’essence, les vivres ne suffisaient plus, l’eau était déjà finie. Et en ce moment on buvait l’eau de la mer pour pouvoir survivre, parce qu’on avait plus le choix. A cause de ces conditions, un d’entre nous a perdu la vie.

On a passé trois jours dans ces conditions désastreuses sans espoir, sans secours, préparant notre mort. Les bateaux nous traversaient de gauche à droite sans se soucier de nous. La pirogue, remplie d’eau, personne n’avait la force de la vider.

Un bon jour, un avion s’est mis à voler au-dessus de nous comme pour chercher quelque chose. Juste quelques minutes après, la Marine est venue nous chercher. On ne parvenait presque plus à rester débout. On était tous vulnérables. On nous enfermait du jour au lendemain dans des prisons dans lesquelles les conditions était vraiment désastreuses et difficiles. 

Arrivé là-bas, je me suis rendu compte que l’Espagne n’est qu’une question de curiosité pour nous qui n’y ont jamais allé. Une fois ici, tu te rendras compte que c’est pas le paradis, non plus c’est pas l’Eldorado. Et si jamais j’aurai la chance de retourner au Sénégal, je ne ferai plus pour rien au monde ce voyage qui m’a brisé tous mes rêves et a failli m’ôter la vie. Ce que je conseil aux jeunes qui ont l’intention de rallier l’Espagne c’est de ne jamais emprunter la voie Marine. S’ils ont un travail qu’ils le tiennent avec les deux bras. Europe c’est très difficile ». Un grand merci à Mamadou Diop et bonne chance à lui.

 

Le Centre Culturel Aminata organise parfois des rencontres, des théâtres pour sensibiliser les gens des effets et des risques du voyage illégal. La vocation du Centre est de permettre aux jeunes de pouvoir voyager dans des conditions légales, parce que voyager est un droit. Et pour freiner ce voyage de folie, il offre des opportunités et permettre aux jeunes d’être autonomes.






Cet article a été produit dans le cadre des activités du projet "Communication et culture pour l'autonomisation des femmes et des jeunes depuis le Centre Culturel Sunu Xarit Aminata à Gandiol, Sénégal"   réalisé par Hahatay, en collaboration avec KCD ONGD et financé par la Mairie de Bilbao.

 

EXPÉRIENCES
  • Amadou Mbaye août de 2015

    Hahatay en 6 palabras. Compartir: Una casa común, un espacio de encuentro de gente procedente de lugares diferentes,...

    Lire la suite...

  • Tamara Molero Del Peso août de 2015

    África un lugar increìble. Hoy comienza la última etapa de este viaje. Hoy despedimos a Ángela y Mario, con quienes...

    Lire la suite...

  • Borja Arevalillo septembre de 2015

    Una decisión acertada. El poder viajar y dejar un granito de arena allí donde vamos yo creo que es importante......

    Lire la suite...

  • Hellen Lacalle septembre de 2015

    Volver a casa. Tras varios meses de trabajo, de esfuerzo, juntando las monedas que sobraban cuando iba a comprar el...

    Lire la suite...

VIDÉOS

Couverture de livre 3052
3052
Couverture de livre À 15:00
À 15:00
Nous mettons à votre disposition les livres écrits par le fondateur de l'ONG Hahatay, Mamadou Dia, dans lequel il raconte ses expériences et expériences dans sa vie personnelle ainsi que l'idée de former Hahatay pour aider sa ville natale, Gandiol, Sénégal et se battre pour son développement.
Photo Centre Culturel Aminata

Centre polyvalent visant principalement à promouvoir l'éducation non formelle des jeunes de Gandiol, en même temps que la création d'un espace de rencontre qui encourage la participation communautaire en tant qu'outil de développement durable à tous les niveaux.
COLLABORATEURS
Logo ARD Logo Bilbao Logo Jokoo Logo KCD Logo Bizkaia Logo Cideal